Commune de Le Vaud - Tél. 022 366 25 62- greffe@levaud.ch

 
 

La Perroude (Alt. 1'385 m)

Port autorisé : 21,2 Pâquiers Normaux

Propriété de la Commune de Le Vaud, sise sur le territoire de Marchissy

Le nom "La Perroude" signifie des sols où la roche affleure.

Depuis la fondation du couvent de Bonmont en 1123, les moines défrichèrent les forêts du Jura pour aménager des alpages et des zones de pâture. Ils abergèrent ensuite ces alpages aux Communes du Pied du Jura, soit une sorte de location-vente. Si l'abergataire abandonnait sa propriété, celle-ci revenait de droit au vendeur. Avec le temps, les communautés et les particuliers rechignèrent à payer les redevances, c'était l'effet d'un droit de jouissance prolongé. C'est probablement ce qui est arrivé dans la région de la Perroude. En 1494, Bonmont ne pouvant plus se faire respecter, remit une partie de ses biens au comte de Gruyère, François II.

Dans certaines parties de montagnes et de forêts, il était fréquent que celui qui pouvait exploiter le bois ne pouvait pas faire pâturer et inversement. De même que la propriété pouvait appartenir à une tierce personne. Au début du 16ème siècle, la situation était devenue tellement confuse que les bernois, en 1550, s'efforcèrent de l'améliorer afin de diminuer le nombre de procès.

En 1745, la Perroude et la Riondaz (qui appartenait à la famille de Mestral d'Aruffens de Pampigny) furent délimitées par des bornes. La Perroude, jusqu'alors indivisée entre Marchissy et Le Vaud, fut partagée en 1773. En 1801, l'amodiataire Louis Champion demanda un rabais de location; les ours l'obligeant de garder son bétail à l'écurie une grande partie du temps.

En 1808, le chalet fut agrandi à une hauteur de neufs pieds de France.

En 1819, un mur sec entre les deux Perroudes fut construit.

De 1913 à 1990, la Perroude s'amodiait avec la Pouilleuse pour le jeune bétail. Actuellement, il y a des vaches allaitantes.

Le 27 février 1990, l'ouragan Vivian arracha la toiture du chalet.

Deux citernes récupéraient l'eau du toit. Jusqu'en 1900, les citernes étaient en bois, similaires à de grands tonneaux. Pour compléter l'approvisionnement en eau, un étang fut réalisé en 2001.

Depuis 2007, les chalets de la Pouilleuse, des Chenevières et de la Perroude se trouvent sur le district de Nyon; l'ancien district d'Aubonne ayant été absorbé par les districs voisins.

Particularité : on y trouve le Mont-Ceni, 1'421 mètres d'altitude. C'est l'endroit le plus élevé de la commune.