Commune de Le Vaud - Tél. 022 366 25 62- greffe@levaud.ch

 
 

Le Pré-aux-Veaux (Alt. 1'346 m)

Port autorisé : 93,4 Pâquiers Normaux

Propriété de la Commune de Le Vaud, sise sur le territoire de la Commune du Chenit, dans la Combe des Amburnex.

Praz es Ves - le nom atteste de la fonction première du pâturage, qui était réservé aux veaux. Les vaches laitières ne devaient pas être tétées, il fallait donc séparer les mères de leurs petits.

Là aussi, le nom a partiellement migré. D'un parc réservé aux veaux, il désigne aujourd'hui l'ensemble d'un pâturage plus grand.

En 1307, le couvent de St-Claude donna ses alpages des Amburnex à Bonmont.

En 1542, la combe des Amburnex fut partagée entre sept communes et 5 nobles. Dès lors, on l'appellera "La montagne des sept communes" (Le Vaud, Gingins, Marchissy, Longirod, Gimel, La Cézille et Chéserex).

En 1634, Le Vaud et Gingins se partagèrent Le Praz es Vez (Le Pré-aux-Veaux) indivis entre les deux communes. Les deux signataires étaient Michel Bally, gouverneur de Gingins et Louy Peccoud, gourverneur du Vaud. A l'époque, les limites de propriété étaient assez floues, on privilégiait donc l'indivision. Il arrivait que les bornes de délimitation fussent plantées en présence de tous les propriétaires ou délégation des communes. Ceci toujours en présence d'un gamin du village, à qui on tirait les oreilles en fin de cérémonie afin qu'il se souvienne de l'endroit précis.

En 1637, on planta des bornes pour séparer la communauté de Bassins de celle des Amburnex.

Mais la gestion de ces alpages aux mains de si nombreux propriétaires s'avéra trop difficile. En 1650, chacun repris possession de sa part, certains rachetant la part ou la fraction de part des autres.

Le chalet qui avait brûlé fut rebâti en 1741. Cependant, des réparations furent à nouveau nécessaires en 1770 en raison d'un délabrement rapide.

La location des alpages se payait en partie en fromage et en beurre, ceci à raison d'un fromage et 16 kg de beurre par habitant bourgeois du village. C'est ce qu'on appelait les "répartitions" (abolies en 1929). En 1774, le droit de bochérage (couper du bois) de la commune du Chenit fut délimité. Cette année-là, l'amodiateur Louis Badel, demanda un rabais sur la location pour cause de sécheresse, neige, grêle, gel, pluie et sangliers, omettant cependant les ours, les loups et les taupes. Il est important de rappeler qu'au 18ème sièclre, plus de 440 loups furent tués dans le district de la Vallée.

Au milieu du 19ème siècle, plusieurs préfets allaient jusqu'à affirmer que les ours que tués dans le Jura n'avaient de féroce que le nom, puisqu'ils étaient presque tous frugivores et d'un caractère tellement timide qu'ils préféraient fuir et se cacher plutôt que de nuire à l'homme et aux autres animaux,

Au Pré-aux-Veaux et aux Trois-Chalets, la fabrication du gruyère s'est arrêtée au début des années 1970.

Particularités : trou de Cossonay - dénivellation 16 mètres, développement 50 mètres.

En 2005, le chalet d'alpage du Pré-Aux-Veaux fut transformé en buvette d'alpage. Celle-ci est tenue par la famille Duclos de Le Vaud. www.le-pre-aux-veaux.ch.